école mixte pour élite américaine mondiale RP
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Oh, une nouvelle ! (avec Noeru ui ui)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thomas Hartford
Admin
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 13/12/2016

Feuille de personnage
Âge: 15
Année: 1ère
Taille: 174 cm

MessageSujet: Oh, une nouvelle ! (avec Noeru ui ui)   Mar 13 Déc - 23:03

• Lundi 29 août 2016 •

- Monsieur… Vous allez être en retard au lycée…

Le brun poussa un grognement agacé en se retournant dans son lit, criant au perturbateur qu’il serait prêt dans cinq minutes. En réalité, il avait hâte de retourner à l’école, ce n’était pas vraiment le problème. C’est quitter son lit qui lui était difficile. C’était pour cette raison qu’il n’était pas allé à la rentrée solennelle : non seulement il connaissait par cœur le discours puisqu’il y avait assisté l'an dernier, mais en plus, ils avaient fichu cette rentrée de bon matin, pour la faire durer toute la journée. Déjà qu’il ne se rendait que rarement aux messes matinales pour gagner une heure de sommeil, il ne fallait pas espérer le voir participer à une journée qui était, à son sens, complètement inutile.
Mais bon, là, il ne pouvait décemment pas rater les cours, il avait déjà même séché la première messe matinale obligatoire, et il ne pouvait pas se permettre plus lors de son premier jour. Il devait faire un minimum bonne impression. De plus, si ses parents n'étaient pas avertis de son absence à ces réunions obligatoires, il était persuadé qu’ils le seraient s’il ne faisait pas acte de présence aux cours.

Par conséquent, le jeune homme ne tarda pas à rassembler son courage et ses forces pour se lever. Il fit un saut nécessaire par la salle de bain, sans pour autant se presser, ralenti par son absence de motivation, et le simple fait qu'il ne soit pas du matin. Il entendait un majordome frapper frénétiquement à sa porte, s’inquiétant du retard qu’il prenait. Il semblait même que, une fois que Thomas fut sorti de la salle de bain, ce dernier ait fait appel à des renforts, comme si un nombre plus grand de personnes frappant à sa porte allait le presser. Tranquillement, il enfila son uniforme, rangeant sa cravate dans sa poche, il n’avait pas envie de s’embêter à faire un nœud parfaitement exécuté sur le moment, après tout, il risquait d’être en retard s’il s’attardait sur ce genre de détails stupides. Il s’arrêta toutefois quelques instants pour coiffer correctement sa tignasse brune, portant une attention toute particulière aux mèches qui entouraient son visage. Finalement prêt, il s’empara de son sac à dos et de son téléphone portable puis sortit de la pièce pour voir trois des majordomes travaillant chez lui devant sa porte, totalement désemparés. Il laissa échapper un léger rire, son regard traduisant son amusement.

- Vous comptiez pas entrer quand même ?

Il haussa brièvement les sourcils. Face aux mines déconfites pour certains, honteuses et gênées pour d’autres, le lycéen en déduit que oui, ils en avaient bel et bien l’intention. Il leur lança qu’ils avaient de la chance qu’il soit sorti si vite, laissant entendre que s’ils avaient osé, ils auraient pu dire adieu à leurs jobs respectifs. Les règles étaient plutôt strictes sur ce point-là, sous aucun prétexte pouvaient-ils se permettre entrer dans la chambre de l’héritier, qui ne supportait pas qu’on touche quoi que ce soit dans son espace. Il leur adressa un sourire amusé puis dévala les couloirs puis les escaliers pour rejoindre son chauffeur qui l’attendait dans l’immense hall d’entrée. Ce dernier ne tarda pas à lui dire qu’ils seraient en retard, ce à quoi le brun rit.

- C’est pas grave Wallace, dit-il en tapotant son épaule alors qu’il lui tenait la portière ouverte,  vous roulerez plus vite…

Il rit en voyant son chauffeur lever les yeux au ciel, puis il s’installa sur la banquette arrière, les yeux rivés sur son portable. Ils avaient le temps, connaissant son chauffeur, il ferait tout pour que le jeune homme arrive à destination en temps et en heure. Thomas prit quelques photos du trajet pour en sélectionner une pour Snapchat, puis une photo de lui, pour la forme. Il discutait de manière générale très peu avec son chauffeur, en raison notamment du fait qu’il soit toujours en retard, ce qui forçait le pauvre Wallace à se presser sur la route, l’empêchant de parler avec l’adolescent. Toutefois, le lycéen s’amusait, toutes les cinq minutes, à faire état du temps qui s’écoulait, et du temps qu’il restait à Wallace pour l’amener au lycée.

- Plus que 7 minutes…Vous savez, je pense pas que ma mère vous en voudra réellement si je rate le début du cours, ce n’est pas dram-

Il ne put terminer sa phrase, il se retrouva le dos collé au siège étant donné que le vieil homme avait appuyé sur la pédale d’accélération, ce qui extirpa un sourire au brun, qui se replongea bien vite sur son écran de téléphone pour s’amuser sur les réseaux sociaux. Il aimait rouler vite en ville. Il savait que son chauffeur aurait des problèmes, mais ces problèmes n’étaient rien comparés à ceux qu’il aurait s’il n’exécutait pas son job à la perfection à savoir : amener Thomas là où il avait besoin d’être, à l’heure. Dans tous les cas, ce serait lui qui se retrouverait en tort, et non l’héritier. Mais Thomas aperçut bien vite la vieille bâtisse de son école, remise à neuf pendant les vacances scolaires. Il remercia Wallace et n’attendit pas que ce dernier vienne lui ouvrir la porte pour sortir du véhicule, puis il s’éloigna de lui en direction du lycée en sautillant presque.

Il aimait la rentrée, et particulièrement cette rentrée, il était enfin au lycée : ses horaires étaient plus souples et les matières étaient, de manière générale, plus intéressantes. Il salua sur le passage d’anciens camarades de classe, ou même des années supérieures, sans réellement s’attarder sur une réelle discussion dans la mesure où il manquait de temps, il ne voulait pas être en retard en classe pour cette fois. Il arriva, pile à l’heure, son professeur principal pour l’année venait d’entrer dans la salle, il se faufila derrière lui, tapant dans la main d’un de ses camarades qu’il appréciait plutôt, ce dernier le questionnant sur son absence de ce matin, ce à quoi il répondit qu’il avait franchement mieux à faire que d’écouter un vieux lui raconter des bêtises qu’il connaissait, à force, par cœur.
Toutefois ils ne purent s’attarder sur une discussion, le cours commençait et le professeur en profita par ailleurs pour leur rappeler que la présence de tous les élèves aux messes du matin étaient obligatoires, le regard rivé sur Thomas, dont le regard était rivé sur la salle de classe, complètement désintéressé par cet adulte qui lui faisait indirectement la morale, d’ailleurs ce dernier abandonna bien vite pour se concentrer sur le cours qu’il devait dispenser. Le jeune homme put remarquer que le passage du collège au lycée pour beaucoup de filles était synonyme d’une nette amélioration physique. Elles faisaient toutes, de manière plutôt générale, beaucoup plus attention à leur physique. Sans compter que physiquement, elles étaient toutes sensiblement mieux fichues. Il adressa même un sourire adorable à l’une d’entre elles. Il l’avait pas mal fréquentée à la fin du collège étant donné qu’elle était extrêmement populaire et qu’il avait gardé le meilleur pour la fin d’année, mais le début des vacances ont mis un terme à ce semblant “d’amitié”, mais l’adolescent avait bel et bien l’intention de conclure avec elle cette fois, il était largement moins discret, et puis il avait gagné en taille, il les dépassait à présent, il ressemblait au final plus à un jeune homme et non pas à un petit garçon.
Lors de l’appel, son regard se dirigea sur chacune des personnes appelées par son professeur pour voir de quoi elles avaient l’air à présent. Il pouvait constater qu’en plus des filles qui s’étaient embellies, certaines à l’inverse s’étaient laissées aller, de même pour les garçons, certains n’étaient pas gâtés se retrouvant avec de l’acné terrible, ou bien au contraire, s’étant plutôt embellis comparé à la catastrophe que c’était l'année passée.

Lewis Noeru” Le rouquin fronça les sourcils, il ne reconnaissait pas ce nom, c’était une nouvelle élève, si seulement elle avait pu répondre “présente”, il dut chercher une main levée au milieu de la salle, ce qui fut rapide étant donné qu’ils n’étaient pas si nombreux. Son regard s’adoucit aussi vite qu’il avait froncé les sourcils. C’était une jeune fille, et très jolie. Elle avait l’air d’être d’origine japonaise, et surtout elle avait des cheveux absolument sublimes. Il n’écouta pas le reste de l’appel, le regard rivé sur l’adolescente. D’ailleurs quand il fut appelé, il se contenta d’un “” bref, sans quitter la nouvelle élève des yeux. Au diable Lia et ses longs cheveux blonds, elle était trop banale et ne faisait pas le poids face à Noeru qui au milieu de toutes ces gosses de riche était la beauté la plus exotique du lot. Là, il semblait y avoir un challenge plus intéressant. Et même si ce n’était pas le cas, elle était beaucoup trop jolie pour qu’il passe à côté. Il fallait qu’il s’intéresse à elle avant que d’autres ne le fassent avant lui.
Il dut se résoudre à arrêter de la fixer quand le cours commença réellement. En première heure, c’était l’anglais. Il se fit relativement discret, répondant aux questions du professeur en rajoutant sa part d’interprétation au texte qu’ils devaient étudier. Il profitait aussi du cours pour discuter de ses vacances avec son voisin de table. Enfin “vacances”, il racontait surtout combien il avait travaillé à l’entreprise de son père, en stage d’apprentissage, il racontait également quelques anecdotes concernant ses vacances au Japon.
Le cours une fois terminé, il se leva pour changer de salle et rejoindre la classe de mathématiques, mais fut interpellé par son professeur qui après lui avoir dit qu’il avait beaucoup apprécié sa participation au cours, lui demandait, pour la prochaine fois, de se taire en classe puisqu’il perturbait ainsi le cours. Le lycéen lui adressa un sourire.

- Mmh, et si je continue tu vas prévenir mes parents c’est ça ?

Le professeur fronça les sourcils, il n’aimait pas du tout le ton de son élève. Par conséquent, il lui fit remarquer son insolence, et son manquement aux règles par l’absence de sa cravate. Thomas leva les yeux au ciel et sortit l’accessoire qu’il avait gardé dans sa poche depuis le début de la matinée, il la mit autour de son cou sans faire de nœud et lança un “Voilà ~” à son professeur, ne laissant pas le temps à ce dernier de rétorquer quoi que ce soit : il se dépêcha de rejoindre la salle de mathématiques, ôtant la cravate qu’il venait de mettre pour la ranger dans sa poche. Il prit place tout au fond cette fois, juste derrière Noeru, la nouvelle élève, il la salua avec un sourire puis prit place pour le cours. De nouveau, il participa de manière significative, tout en perturbant quelque peu le cours en discutant avec sa voisine de table, qui était Lia, la jeune fille à laquelle il se serait intéressé si Noeru n’était pas arrivée dans sa classe. Maintenant, son but était d’interpeller la brune pendant la pause pour apprendre à la connaître un peu plus, et pourquoi pas s’en rapprocher. Le cours terminé, Lia lui proposa de venir avec elle manger un bout avant le cours de sport, mais l’héritier déclina sans aucune considération, disant qu’il avait mieux à faire. Il resta toutefois assis en voyant la brune devant lui ranger lentement ses affaires. C’est en la voyant se lever qu’il se leva également.

- Hey ! Lewis !

Il lui tapota gentiment l’épaule et tendit sa main en se présentant, lui adressant au passage un sourire adorable. Il passa naturellement une main dans ses cheveux, son sourire toujours présent mais atténué puisqu’il se mordait légèrement la lèvre inférieure.

- Ça m’ennuie de te demander ça mais…

Il sortit timidement sa cravate de sa poche et la montra à la brune.

- Tu pourrais me faire le noeud, le tien est absolument nickel.

Maintenant qu’il la voyait de près, il voyait aussi ses yeux, qui étaient absolument superbes. Elle avait les yeux bleu foncé, et un visage vraiment magnifique également… Pas de doute, elle était vraiment à son goût. Il resta quelques instants à la regarder sans rien dire, le sourire aux lèvres.  

- T’es nouvelle… Je t’avais jamais vue tu viens d’où ? Japon ?

Il posa sa cravate autour de son cou puis il prit les mains de la brune pour les poser sur chacun des pans de l'accessoire comme pour ne plus laisser le choix à Noeru de lui faire son nœud.

- En tout cas tu es très jolie.

Il lui adressa, de nouveau, un sourire craquant au possible, les yeux rieurs. Pas sûr qu’il lui plaise, en plus il avait un an de moins, souvent les filles au lycée aimaient les hommes plus âgés, craquaient pour leurs professeurs qu’elles trouvaient canons, notamment par leur maturité, rarement ces derniers étaient très beaux, c’était très rare. Mais s’il ne lui plaisait pas, ce n’était pas très grave, c’était un challenge en plus, il pourrait se débrouiller pour qu’elle tombe amoureuse de lui sans pour autant être très attirée par son apparence physique : ça compliquait sa tâche, mais il ne s’en amuserait pas moins, il en était sûr.


Dernière édition par Thomas Hartford le Lun 19 Déc - 22:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeru Lewis
Admin
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 13/12/2016
Age : 20

Feuille de personnage
Âge: 16
Année: 1ère
Taille: 163cm

MessageSujet: Re: Oh, une nouvelle ! (avec Noeru ui ui)   Mer 14 Déc - 2:57

- Tourne toi.

La brune s’exécuta, soupirant. Sa mère paraissait plus stressée par sa rentrée qu'elle ne l'était. C'était la troisième fois depuis qu'elle était descendue que cette dernière l'arrêtait pour l'inspecter sous tous les angles. Une fois au bas des escaliers, une autre lorsque elle venait de terminer son petit-déjeuner pour être sûre que sa jupe ne faisait pas de plis disgracieux ou qu'elle n'avait pas tâché son uniforme, et maintenant alors qu'elle mettait ses chaussures dans l'entrée. Elle n'était pas étonnée, la femme étant très soucieuse du paraître il aurait même été étrange qu'elle la laisse partir sans être convaincue que tout était parfait.

- Mmh très bien, souffla-t-elle en tournant les talons.

Noeru sourit et sorti de chez elle sans se presser, malgré les nombreuse interruption de sa mère elle était parfaitement dans les temps. En même temps elle avait tout préparé la veille et il fallait dire que Harumi lui avait bien mâché le travail. Elle n'était pas une personne chaleureuse et elle était sévère mais au fond elle se souciait beaucoup de sa fille et s'occupait d'elle avec attention. L'adolescente savait que derrière ses reproches motivés par la peur elle tenait beaucoup à elle, elle ne savait juste pas comment l'exprimer, voilà tout. Elle salua son oncle qui l'attendait à côté de sa voiture, levant timidement sa main.

- Bonjour...

- Ah Salut Noeru, tu as bien dormi ?


Elle acquiesça d'un simple signe de tête et lui retourna la question par politesse. Il l'intimidait un peu, elle ne l'avait pas souvent rencontré et lorsque c'était le cas ils ne faisaient que se saluer, l'homme rejoignant bien vite son père pour des discussions passionnées qui ne la concernaient aucunement. Il fallait aussi dire qu'elle n'était aux US que depuis mi juillet alors pour elle plus qu'un oncle, il était un étranger. Elle prit place dans la voiture et répondit aux quelques questions qu'il lui posait encore : Si elle était anxieuse, si elle avait pu manger, comment s'étaient passées ses vacances, en bref des choses assez superficielles, parfaites pour un premier contacte. Et puis il était gentil, il l'avait rapidement mise à l'aise et était même parvenu à lui extirper son premier rire de la journée.

- Ah, au faite ça ira pour les autres jours ? Tu saura te débrouiller avec les bus ?

- M-mh on l'a déjà fait avec papa et j'ai écrit les arrêts et les horaires sur mon carnet.


C'était sa mère qui avait insisté pour qu'elle le fasse, pour prévenir le risque que la jeune fille oublie une information importante.

- Je ne comprends pas pourquoi Aaron a tenu à ce que je t'emmène dans ce cas, mais bon il à toujours eu une logique particulière.

Elle baissa les yeux. À dire vrai c'était de sa faute, même si elle ne l'avouait pas car elle n'aimait pas se plaindre, la rentrée était une grande source de stresse et elle avait insisté au près de son père pour qu'il l'emmène. Comme il travaillait il avait finalement demandé à son frère de l'y accompagner à sa place, promettant à sa progéniture qu'il irait la rechercher à la place.

Ils arrivèrent finalement devant la nouvelle école de la brune, il la salua donc lui souhaitant bonne chance, et elle prit une grande inspiration se préparant mentalement pour sa journée. Elle sorti de la voiture après l'avoir remercié. En soit elle ne comprenait pas comment elle pouvait encore être si stressée. Elle avait déjà vaguement rencontré tout le monde lors de la pré-rentrée et se savait prête alors il n'y avait aucune raisons rationnelles à son mal-être. Elle traversa donc la cours jusqu'à l'église pour assister à la messe du matin qu'elle suivi avec une attention certaine. Elle était très croyante et elle aimait ces moments ou elle n'avait ni à réfléchir ni à prouver quoi que ce soit, juste à se laisser porter par les chants et les textes. C'était pour elle un parfait moyen de commencer la journée tant elle en ressortait détendue.

Une fois la messe terminée elle se rendit à son tout premier cours. Sur le chemin elle fut stoppé brièvement par un garçon qui semblait penser qu'il s'agissait là du meilleur moment pour se présenter. Elle l'avait aperçu plus tôt chahutant avec ses amis mais n'y avait pas prêté plus attention que ça. Elle le laissa parler quelques secondes mais voyant qu'il avait l'intention d'en profiter pour faire connaissance elle ne tarda pas à l'interrompre, un sourire gêné aux lèvre, pour lui rappeler qu'ils n'avaient que quelques minutes pour se rendre dans leurs prochaine classe et qu'elle n'avait pas envie d'arriver en retard dès le premier jours. Elle pressa le pas sans attendre sa réponse et une fois qu'elle arriva dans la fameuse salle elle soupira constatant que malgré ses efforts il était bel et bien trop tard : les places de la dernière rangés et celles à côté des fenêtre étaient toutes occupées. Comme elle n'avait plus le choix elle s'assit au milieu de la classe et sorti ses affaires espérant encore une fois ne rien avoir oublié. Mais un son l'interpella, le professeur venait de fermer la porte, signe que le cours s’apprêtait à débuter. L'homme débuta en disant que les messes du matin étaient obligatoires et Noeru fronça les sourcils à l'idée même que des élèves puissent les sécher, c'était vraiment tranquille comme rendez-vous et puis s'ils étaient là c'est qu'ils étaient croyants non ? La voix de monsieur Chambers écorchant son prénom lors de l'appelle la sorti de sa rêverie. Elle fit la moue mais leva la main sans faire de cas, elle trouverait bien un moment pour relever son erreur sans avoir à prendre la parole devant tout le monde dès le premier jours. Son anglais était correcte, elle l'avait beaucoup travaillé car ça faisait plusieurs années déjà qu'elle savait qu'elle déménagerait dans ce pays, mais elle avait encore un fort accent et sa grammaire était encore loin d'être parfaite. Elle regrettait même aujourd'hui de ne pas avoir été aussi appliqué qu'elle aurait dû l'être lors de ses études.
Elle écouta l'appel à partir de ce point espérant associer les quelques noms restants aux visages de ses camarades et baissa la tête quand le maître de classe demanda s'il n'avait oublié personne, pensant qu'il ne ferait sûrement pas cette erreur dès le premier jour. Elle fût surprise d'entendre un élève répondre par l'affirmative et d'autant plus quand elle constata que le dit élève était en train de la regarder. Elle regarda autour d'elle pour s'assurer qu'elle était bien celle qu'il fixait avant de tirer des conclusions hâtives, mais voyant que personne ne lui rendait son regard, elle dû se rendre à l’évidence : elle était bien son point d’intérêt actuel. Elle retourna une nouvelle fois les yeux sur lui et le détailla rapidement mais efficacement et se pressa de se cacher derrière sa main, terriblement gênée. Il était craquant, vraiment craquant. En fait il s'agissait surtout de ses yeux verts qui en plus d'ajouter une particularité fascinante à son visage, illuminait son visage. Durant le cours d'anglais elle se risqua de temps en temps à jeter un coup d'oeil dans sa direction, ne cessant de se demander pourquoi il l'avait fixée avec tant d'insistance. L'heure passa très vite sans qu'elle n'ait réussis à vraiment se concentrer sur la leçon donnée. Cette fois elle se dépêcha de ranger ses affaires pour avoir une bonne place dans la prochaine salle et fût extrêmement satisfaite en voyant que certaines tables à côté des fenêtres étaient encore libre. La lycéenne s'y pressa et sorti ses affaires avec hâte. Elle se réjouissait de ce cours, il fallait dire qu'elle aimait énormément les mathématiques, pas qu'elle soit particulièrement douée, il s'agissait surtout de la matière qui l'amusait le plus. Si le cours précédent s'était terminé très vite celui ci étaient passé comme un éclaire. En plus ce Thomas n'avait pas été dans son champs de vision pour la déconcentrer cette fois là. Sans doute avait-il pris place derrière elle. Ça ne l'étonnait pas qu'il choisisse la dernière rangée, il n'avait pas l'air d'être une élève très appliqué. En anglais il n'avait pas arrêté de bavarder et il n'était pas particulièrement respectueux avec les profs, et souvent les éléments perturbateur, les mauvais élèves privilégiaient le fond de la classe pour pouvoir faire ce qu'ils voulaient sans être trop embêtés.

Alors qu'elle allait se lever elle entendit une voix familière l’interpeller, le garçon alla même jusqu'à tapoter son épaule pour qu'elle se retourne. En s’exécutant elle s’aperçut que c'était le garçon aux yeux verts qui avait occupé ses pensées plus tôt. Elle serra machinalement sa main tendu, avec douceur sans le quitter des yeux. Elle était perplexe, qu'est-ce qu'il pouvait bien lui vouloir ?

- Ça m’ennuie de te demander ça mais… 

- Mmh.. ?


Elle regarda la cravate qu'il lui montrait sans comprendre.

- Tu pourrais me faire le noeud, le tien est absolument nickel. 

Ah ça pour sûr, son nœud était impeccable, mais elle n'avait aucun mérite. Quand sa mère avait vu sa tentative le matin même elle l'avait refait, jugeant qu'il donnait à sa fille une allure trop négligée. Noeru n'avait pas encore l'habitude des cravates, Au collège elle portait le noeud.

- Mmh c'est à dire que..

Il l'interrompit pour lui demander d'où elle venait, suggérant le japon, et alors qu'elle lui répondait par l'affirmative il prit ses mains pour les porter à sa cravate défaite. Elle fut déstabilisée par son attitude tactile, si bien qu'elle resta d'abord immobile et silencieuse jusqu’à l'entendre dire qu'il la trouvait jolie. Ses mots la firent reculer d'un pas et ses joues prirent des couleurs. Elle se racla la gorge et pour se changer les idées au mieux fit maladroitement sa cravate, toujours sans un mot. Il n'avait vraiment honte de rien ce garçon. En plus si ça se trouvait il la complimentait juste pour le plaisir de la voir perturbée, ça avait bien l'air d'être son genre. Elle s'éloigna pour observer le résultat et se passa les doigts sur la nuque mal à l'aise.

- Bon.. Je dois y aller, du coup heum..

Elle se racla encore une fois la gorge. Elle évitait de regarder son visage pour ne pas se laisser distraire. En plus de ses yeux qu'elle trouvait incroyable il avait ce sourire qui ne la laissait pas indifférente. Elle ne savait vraiment plus où se mettre.

- .. Désolée pour ça.. elle pointa sa cravate du doigt.

Elle se retourna sur sa table pour récupérer ses affaires. Il devait se moquer d'elle, après tout elle était choue mais plutôt quelconque, dans tous les cas elle n'avait pas le physique pour plaire à des garçons de son niveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Hartford
Admin
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 13/12/2016

Feuille de personnage
Âge: 15
Année: 1ère
Taille: 174 cm

MessageSujet: Re: Oh, une nouvelle ! (avec Noeru ui ui)   Mer 14 Déc - 4:25

Thomas regarda la brune, perplexe, alors qu’elle lui faisait son noeud de cravate. Visiblement, elle n’avait pas vraiment l’air de savoir ce qu’elle faisait… En fait elle ne semblait même pas avoir le début d’une idée de comment faire un noeud de cravate, surtout que l’école favorisait un type de noeud par rapport à d’autres. Lorsqu’il la vit commencer faire un noeud simple, il ne l’interrompit pas, mais n’en pensait pas moins. A tous les coups ce n’était pas elle qui l’avait fait, son noeud de cravate. C’était son premier jour, sans doute que ses parents avaient tout mis en oeuvre pour qu’elle soit absolument parfaite pour cette rentrée.
Mais il n’y avait pas à dire, elle était étrange. Il savait qu’au Japon il serait considéré tactile, Sayumi le lui disait sans arrêt, puis il était clair ici qu’il flirtait, sans compter que de lui dire aussi directement, alors qu’il ne la connaissait pas, qu’il la trouvait jolie, faisait sans doute beaucoup pour l’adolescente qui n’était probablement pas aux Etats-Unis depuis longtemps à en juger par son accent. Mais tout de même, il ne s’était pas attendu à la voir reculer lorsqu’il l’avait complimentée. Rougir oui, par contre. Mais elle semblait réellement plus réticente qu’autre chose, ce qui extirpa au jeune homme une légère moue, qui s’accentua lorsque la lycéenne en face de lui prit la parole.

- Bon… Je dois y aller, du coup heum…

L’adolescent était définitivement perplexe face à elle. Elle fuyait définitivement le dialogue alors qu’il n’avait été rien d’autre qu’avenant et agréable avec elle non ? Il n’avait pas eu spécialement l’impression de la mettre mal à l’aise. Il était bien trop rare quel trouve ses camarades jolies alors il était important, et naturel, qu’il le relève lorsque c’était le cas. Lorsqu’elle s’excusa pour le noeud de cravate, le brun haussa les épaules, son sourire réapparaissant doucement sur son visage. Alors qu’elle se retournait pour récupérer ses affaires de cours dans le but de sortir de la salle de cours, Thomas lui bloqua simplement le passage entre les tables, tapotant ses doigts contre une des surfaces.

- Tu sais où tu vas ? Tu es nouvelle…

Il marqua une légère pause, le sourire aux lèvres. Elle était adorable, elle semblait complètement paumée. En même temps, il se doutait que le rythme, les gens et les cours étaient très différents de ce qu’elle avait connu au Japon. Certainement qu’il ne l’aidait pas à se sentir à l’aise dans ce sens là, mais il ne pouvait pas s’en empêcher, il voulait réellement se rapprocher d’elle. En plus, ça lui ferait une personne avec qui parler japonais. Avec Sayumi ça fonctionnait bien, mais avec le décalage horaire astronomique, il n’y avait pas beaucoup de place pour l’oral et c’était bel et bien ce dont Thomas avait besoin. Toutefois il choisit de ne pas lui dire de suite qu’il parlait japonais, il voulait garder une petite part de fun et de mystère.

- Dis, tu sais qu’on dit merci quand on reçoit un compliment. C’est la moindre des choses.

Son sourire s’étira un peu plus encore. et il posa une de ses mains sur l’épaule de la brune.

- On la refait ?, il fit en sorte de voir les yeux bleus de l’adolescente, Noeru, tu es très jolie !

Il posa ses deux mains sur chacune des épaules de son interlocutrice, plongeant son regard enthousiaste et enjoué dans celui de la jeune fille. Elle était vraiment, vraiment, vraiment très jolie. Il ne se lassait pas de son visage, encore moins de ses yeux. Il tarda d’ailleurs à reprendre la parole, s’attardant à imprimer chaque parcelle du visage de la demoiselle dans son esprit. Finalement il lâcha un rire amusé sans pour autant lâcher la brune, puis ayant eu l’air d’avoir eu l’idée du siècle, il reprit la parole, visiblement très emballé par l’idée qui était née dans son esprit.

- Ça te dirait qu’on mange ensemble ? J’imagine que tu dois pas encore connaître grand monde…

La sonnerie qui marqua la fin de la pause vint toutefois mettre fin à leur conversation, mais le jeune homme en profita quand même pour lui dire qu’il l’attendrait à la cafétéria à l’heure du repas, et qu’elle devait l’y rejoindre, sans faute. Mais pour l’heure, ils avaient cours de sport, et étaient par conséquent séparés. Les garçons avec le professeur St. Clair partaient faire du handball pendant que les filles partaient avec madame Sherington pour un cour de volleyball. Le cours, pour le coup, se passa sans encombre. Les cours de sport étant généralement moins prise de tête quant à la tenue des étudiants, ils étaient les préférés de Thomas, puis il s’y défoulait bien, de manière générale. Par contre ce genre de sport d’équipe l’insupportait au plus haut point, particulièrement quand son équipe était mauvaise et qu’il devait compenser pour le manque de talent de tous : c’était impossible, et par conséquent il se retrouvait perdant. Il détestait perdre. Surtout dans des disciplines dans lesquelles il savait que la défaite n’était pas de son fait à lui, mais due à l’incompétence des autres.
Le cours prit fin après deux heures et après un rapide passage aux douches et aux vestiaires, l’héritier se dirigea, hâtif, vers la cafétéria, pour retrouver, il l’espérait, Noeru. En réalité il avait peu d’espoir, il avait sûrement dû lui faire un peu peur, ou l’impressionner, mais bon, qui ne tente rien n’a rien n’est-ce pas ?
Mais avant d’avoir pu rejoindre la cafétéria, il fut arrêté par ce surveillant, qui, sans aucun doute, avait une dent contre lui, et trouvait toujours la petite bête pour le mettre en retenue. Et aujourd’hui, Thomas savait qu’il était loin du sans faute : non seulement son absence à la messe, mais même sur le plan de son uniforme : sa chemise n’était pas parfaitement rentrée dans son pantalon, ses chaussures n’étaient pas lacées puisqu’il s’était simplement contenté de rentrer les cordons à l’intérieur sans faire de noeuds, et surtout, et ce fut le choix de ce cher Steven Irwin : sa cravate n’était pas nouée correctement. Ce dernier sortit, glorieux, un de ces carnets aux feuilles violettes, et il lui donna ainsi sa première retenue de l’année : samedi, huit heures.

- Oh je t’en prie Steeve, tu penses vraiment que je vais venir un samedi à huit heures à cause de mon noeud de cravate… ?

L’adulte l’avertit qu’il ferait mieux de venir s’il ne souhaitait pas être renvoyé, ce à quoi l’adolescent répondit par un “mais bien sûr” très convaincu, avant de froisser le papier violet pour le mettre dans sa poche arrière. Il voulut partir du même coup pour retrouver sa camarade de classe, mais en fut incapable : il devait d’abord arranger sa tenue, à savoir rentrer sa chemise, faire ses lacets et son noeud de cravate. Cette fois, le lycéen s’inclina sans broncher, jugeant qu’il serait plus rapide pour lui de faire ce qu’on lui disait une bonne fois pour toute, lui assurant d’être à l’heure pour retrouver Noeru. Le pion lui fit refaire son noeud de cravate bien trois fois avant que cela soit, selon lui, correct, et Thomas fut alors libre d’aller manger.
Il rejoint rapidement la cafétéria et acheta quelques choses rapides à manger, puis il se saisit de son plateau et partit à la recherche de Noeru, ignorant les sollicitations des uns et des autres qui voulaient bien manger avec lui. Il n’eut aucun mal à trouver, dans cet école, il y avait peu de personnes qui avaient l’air aussi paumées qu’elle. Par conséquent il ne tarda pas à prendre place en face d’elle, sans vraiment prévenir de son arrivée au préalable.

- Hey ! Alors, ça a été le sport ?  Pas trop fatiguée ?

Il lui raconta son cours à lui, expliquant qu’il avait perdu à cause des idiots de son équipe qui n’étaient pas fichus de tenir un ballon correctement, ni même de le lui passer ou de l’attraper. Il ajouta assez simplement et sur le ton de la plaisanterie qu’il était pas bon perdant, mais que c’était plus fort que lui…

- Ah et comme si ça suffisait pas… Je me suis fait coincer par Irwin !

Il sortit le papier violet froissé de sa poche et le montra à la brune, l’air complètement dépité et quelque peu indigné.

- Regarde ! Il veut que je vienne le samedi à huit heures…, il pointa du doigt la date et l’heure écrites par le surveillant, Il a de l’espoir, je viens déjà pas aux messes…

Il fit une moue boudeuse.

- Tout ça c’est de ta faute, il prit son noeud de cravate et le secoua brièvement, tu m’as fait un noeud simple…

Il poussa un soupir en lui expliquant que seuls les noeuds "Windsor" étaient autorisés dans l'école, puis il prit un peu de poisson dans son assiette avant de se rendre compte que l’adolescente avait apporté son propre déjeuner. Peu d’élèves le faisaient, en général c’était ceux qui avaient un régime spécial, et encore, en général les parents demandait un repas spécial au restaurant scolaire... Mais à en juger par le contenu de sa boite elle ne semblait pas avoir de besoins ou d’allergies particuliers.

- T’as quoi là-dedans, ça a l’air bon dis ! C’est toi qui l’as fait ?

Il changeait finalement le sujet, il parlait sans doute beaucoup trop de lui mais la vérité était que la brune l’intéressait : ce n’était pas tous les jours qu’il pouvait croiser une personne de nationalité japonaise, et encore moins une fille qui lui plaisait réellement physiquement.


Dernière édition par Thomas Hartford le Lun 19 Déc - 22:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeru Lewis
Admin
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 13/12/2016
Age : 20

Feuille de personnage
Âge: 16
Année: 1ère
Taille: 163cm

MessageSujet: Re: Oh, une nouvelle ! (avec Noeru ui ui)   Mer 14 Déc - 6:40



- Tu sais où tu vas ? Tu es nouvelle…

- Oh heum.. oui oui, j'ai un peu visité l'école pendant la pré-rentrée,
déclara-t-elle pensive. Elle ne le regardait toujours pas.

Sur ces mots, le brun n'insista pas et changea simplement de sujet. Il lui fit la moral comme quoi la moindre des choses était de remercier les gens lorsqu'ils lui disaient un compliment. Elle fronça un peu les sourcils, elle n'allait pas le remercié de s'être fichue d'elle, ce serait un comble. En sentant la main de Thomas sur son épaule elle leva par réflexe ses yeux sur son visage.

- On la refait ? son expression s'accentua ne comprenant pas ou il voulait en venir, Noeru, tu es très jolie !

- H-hein?

Encore? Pourquoi insistait-il? Est-ce que son but en plus de se moquer d'elle était de la mettre dans l'embarras? ses joues rougirent une nouvelle fois, il n'était vraiment pas croyable. En plus il avait prononcé son prénom n'importe comment mais elle n'était pas surprise, jamais elle n'avait rencontré d'Américain capable de le dire correctement. C'est pourquoi elle avait pris l'habitude de se faire appeler "Noëlle" qui était bien plus proche phonétiquement de son prénom que tous les essais que ses interlocuteurs avaient émis.
Le voyant dans l'attente, ses deux mains la tenant par les épaules et sentant ainsi qu'elle ne pourrait pas s'échapper, elle se résolut à bredouiller un "Merci" peu convaincu en baissant les yeux. Si elle avait rompu le contacte visuelle c'était aussi parce que son camarade s'était mis à la fixer avec insistance. Elle ne comprenait vraiment pas ce qu'il attendait vraiment d'elle. Elle fût même encore plus perdue en l'entendant rire sans raison. Est-ce qu'il jouait avec elle de la sorte parce qu'elle était nouvelle? Ça devait être ça..

- Ça te dirait qu’on mange ensemble ? J’imagine que tu dois pas encore connaître grand monde…

Elle n'en avait pas très envie, ses yeux basculèrent de droites à gauche comme si elle cherchait visuellement une réponse à ce problème, elle ne pouvait pas simplement lui dire non, ça ne se faisait pas. Elle se mordit la lèvre inférieur. Heureusement la sonnerie retentit, la tirant totalement d'affaire. Enfin c'est ce qu'elle croyait jusqu'à l'entendre dire qu'il l'attendrait à la cafétéria. Elle se dirigea en cours de sport cogitant toujours. En y pensant bien, il était très probable qu'il oublie, il semblait avoir pas mal d'amis rien que dans cette classe et elle était sûre qu'il irait les rejoindre eux plutôt que s'embêter avec elle. Où alors pire, il l'avait invité exprès pour la voir l'attendre en vain et se ficher de sa poire avec ses amis. Elle soupira, elle devenait vraiment parano. C'était l'effet de la rentrée, de sûr. Elle avait tellement peur que quelque chose se déroule de travers qu'elle se mettait a voir le mal partout. Si ça se trouvait il voulait vraiment manger avec elle? Elle n'avait pourtant pas été très agréable avec lui... Elle commençait à s'en vouloir un peu d'avoir été si méfiante. C'était décidé elle lui laisserait sa chance, s'il venait elle reverrait son jugement.

Le cours de sport se passa extrêmement bien, elle était un peu maladroite mais connaissait relativement bien le volley et eu même l'occasion grâce à ça de faire un peu plus connaissance avec quelques filles de sa classe. Elles semblaient sympa mais Noeru avait de la peine à entrer dans leurs discussions. Au début elles s'étaient intéressées à elle lui demandant comment était sa vie au japon et pourquoi elle avait déménagé, mais après s'être faites réprimandées pour bavardages, lorsqu'elles recommencèrent à parler elles préférèrent discuter des garçons de la classe et autres sujets qu'elles avaient en commun comme elles se connaissaient depuis le collège.

Mais là il était l'heure de manger, l'heure de vérité pour ainsi dire. Elle se rendit à la cafétéria et parcouru la salle du regard, pour voir si Thomas était déjà là. Comme ce n'était pas le cas elle l'attendit quelques minutes mais se résigna ne le voyant pas arriver. Elle avait eu raison de se méfier au final. Comme elle se sentait ridicule d'avoir ainsi espéré elle se dirigea vers une table libre d'un pas hâtif et déballa son repas sans un regard de plus pour l'entrée de la cafétéria. Elle eut un mouvement de recule en apercevant un garçon s'assoir en face d'elle et fut surprise de découvrir que le fameux brun était finalement venu. Mais alors vraiment surprise.

- Hey ! Alors, ça a été le sport ? Pas trop fatiguée ?

- M-mh..
bafouilla-t-elle.

Elle l'écouta raconter ses mésaventures et esquissa même quelques sourires sur certains points de son récit. Jamais elle ne se serait attendu à ce qu'il se montre si amical, si ça se trouve il la trouvait jolie pour de vrai. Son sourire s'accentua et elle rougit doucement.

- Regarde ! Il veut que je vienne le samedi à huit heures…

- Ah.. C'est pas de chance.. Tu vas y aller?

- Il a de l’espoir, je viens déjà pas aux messes…

- Au final tu es bel et bien un mauvais élève, tu t'es reçu une colle dès le premier jour et en plus tu n'y va pas..

- Tout ça c’est de ta faute.

- Hein?

- tu m’as fait un noeud simple…

- Mais...


Il soupira et sans doute avait-il compris qu'elle ne voyait pas où était le problème car il ne tarda pas à lui expliquer précisément ce qu'elle avait fait de faux. Elle se sentit terriblement coupable, d'autant plus qu'elle venait de le traiter de mauvais élève alors qu'il était collé par sa faute à elle.

- Je suis terriblement désolée..

Il ne répondit pas à ses excuses, préférant s'intéresser au contenu de sa boîte repas.

- T’as quoi là-dedans, ça a l’air bon dis ! C’est toi qui l’as fait ?

- Ho non, pas du tout, je ne suis pas très bonne cuisinière, c'est ma mère qui l'a fait.. Tu veux gouter?


Elle avança son bentô vers lui pour qu'il se serve s'il le souhaitait, mettant sa cuillère dans sa bouche pour manger les quelques grains de riz qui y étaient encore collés.

- Mh, j'aime que ma mère me cuisine toujours les plats qu'on mangeait à la maison. .. Enfin je veux dire à le japon, c'est plutôt réconfortant, tu vois..?

Et voilà qu'elle racontait sa vie. Elle avait définitivement tout loupé avec lui aujourd'hui. Elle s'excusa à voix basse, reprenant son repas pour continuer de manger, un léger sourire au lèvre. Au final elle devait admettre qu'elle l'aimait bien, elle l'avait définitivement mal jugé il était peut-être malpoli, mais il était gentil et c'est ce qui importait. Et puis elle était contente de réussir à se faire un ami dès le premier jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Hartford
Admin
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 13/12/2016

Feuille de personnage
Âge: 15
Année: 1ère
Taille: 174 cm

MessageSujet: Re: Oh, une nouvelle ! (avec Noeru ui ui)   Mer 14 Déc - 12:49


- Mh, j'aime que ma mère me cuisine toujours les plats qu'on mangeait à la maison… Enfin je veux dire à le Japon, c'est plutôt réconfortant, tu vois…?

- “Au Japon”, il lui adressa un sourire alors qu’il la corrigeait gentiment,“les plats que je mangeais au Japon”… T’en fais pas l’anglais ça s’apprend vite, faut juste parler plus.

Le brun lui adressa un immense sourire puis il piocha dans la boîte déjeuner de la demoiselle et mangea un peu de riz et de légumes. Ce n’était pas mauvais. Rien d’exceptionnel mais en même temps il s’agissait d’un repas qui traînait dans cette boîte sans doute depuis le matin-même, donc il n’était pas de première fraîcheur. Mais ça lui changeait, il mangeait pratiquement tous les jours la même chose à la cafétéria : une grande partie de la nourriture le forçait à trier trop d’aliments alors il se contentait généralement d’une viande ou d’un poisson et de féculents au hasard, faisant complètement l’impasse sur les légumes. Il re-piocha dans la boîte-déjeuner de la jeune fille quelques légumes. Au final il aimait plus ce que sa mère lui avait préparé qu’il ne l’aurait cru.

- Oh, c’est bon… Je présume que c’est elle qui te fait tes noeuds de cravate aussi ?

Il laissa échapper un rire à cette référence, lui disant qu’elle avait de la chance d’avoir une mère aussi présente car il n’avait pas cette chance. Puis il raconta que malgré cette absence il ne pouvait pas tout se permettre car ses domestiques racontaient tout à ses parents et qu’il n’aimait pas vraiment se faire gronder par ces derniers.

- Pourtant tu pourrais croire qu’ils garderaient le silence vu combien je les soudoie… Ces traîtres…

Le brun rit légèrement, ajoutant qu’à force de faire les mêmes choses considérées répréhensibles de façon répétée, ça venait au final s’inscrire dans une certaine routine et ses parents n’étaient désormais plus au courant du fait qu’il n’aille pas aux messes du matin, par exemple.
Thomas s’apprêtait à piocher un autre bout de la boîte déjeuner mais des étudiants des années supérieurs l’interrompirent pour lui demander pourquoi il n’était pas venu manger avec eux malgré les signes qu’ils lui avaient fait. Le jeune homme répondit par un haussement d’épaules, déclarant finalement qu’il mangeait avec une de ses nouvelles camarades qui était, selon lui, plutôt cool, adressant un sourire à cette dernière avant de se focaliser de nouveau sur le groupe de deuxième années. Une des filles du groupe lui adressa un sourire railleur lorsqu’elle incita le groupe à s’en aller d’un “non mais laissez tombez vous voyez bien qu’il essaie de draguer”, ce à quoi le brun répondit en levant les yeux au ciel.

- Voilà, si vous me laissez pas elle pourrait me filer entre les doigts… Ce serait con je devrais me rabattre sur Haynes… mh ?

Il adressa un sourire faussement gentil à la jeune fille aux cheveux châtains. Pendant l’été il avait passé énormément de temps à lui parler au téléphone pour la draguer un peu lorsqu’il s’ennuyait, et elle semblait un peu amère : il avait décliné chacun de leurs rendez-vous, il lui semblait qu’il lui avait même posé un lapin mais pour sa défense, il avait dû prendre un avion pour Londres ce jour-là. Elle avait failli rompre avec son petit-ami à la simple demande de l’héritier, alors qu’il n’avait jamais, ô grand jamais fait une quelconque promesse. Elle était jolie oui, même très jolie : elle n’était pas trop grande, ce qui était parfait, il avait eu sa grosse poussée de croissance l’été passé il ne pensait pas vraiment grandir plus que ça, et puis elle était fine, avec un très joli visage. Mais il ‘en était vite désintéressé en voyant à quel point il avait été facile de la faire changer d’avis : à tous les coups il ne lui plaisait pas vraiment, son nom par contre, oui. Loin d’être dégoûté par ce genre d’attitude, il s’en amusait au contraire, c’était toujours très drôle de voir les uns et les autres se plier à ses volontés quand ils pouvaient en bénéficier. Elle ne faisait pas exception, et lorsque le sourire du plus jeune commença à l’agacer de trop, elle trouva un prétexte pour s’esquiver, et ses amis ne tardèrent pas à suivre. Thomas eut toutefois droit à un regard d’encouragement d’un de ses aînés avant que ce dernier ne s’éclipse pour rejoindre les autres.

- Faut pas les écouter, tu es très jolie, mais je ne suis pas en train de flirter, j’aime bien rencontrer des japonais.

Bon, il mentait, un petit peu. Il la draguait oui mais en soi, rien de ce qu’il avait pour habitude de faire : il était beaucoup moins offensif, et bien plus patient et calme. Mais en même temps elle était bien trop jolie. Ce sur quoi il avait dit la vérité était qu'il aimait rencontrer des japonais pour pratiquer la langue, et puis il les aimait bien de manière générale.

- Oh!, il tendit son assiette, tiens prends-en un peu. C’est pas très intéressant comme plat mais ça reste très bon.

Sans vraiment attendre qu’elle ne serve, il prit un morceau de poisson pour le déposer dans la boîte de l’adolescente en face de lui, qui s’en trouvait considérablement remplie désormais, malgré les quelques bouchées que le brun y avait prises. De son côté il mangea un bout de poisson également et attendit d’avoir avalé pour reprendre la parole. Il posa son coude sur la table et reposa sa tête contre son poing dans lequel il tenait sa fourchette. Il avait les yeux rivés sur l’adolescente.

- T’es déjà plus sympathique que toute à l’heure…, il marqua une pause pour lui adresser un nouveau sourire adorable, alors maintenant, est-ce que c’est parce que tu te sens coupable pour mon heure de colle ou est-ce que tu m’aimerais bien au final ?

Il se redressa sur sa chaise, laissa échapper un rire. Il était réellement d’excellente humeur, notamment grâce à cette nouvelle venue. Il ajouta en plaisantant que tout le monde l’aimait bien et qu’il serait surpris que ce ne soit pas le cas pour elle car après tout, il était génial, non ?  Mais il balaya le sujet d’un “assez parlé de moi” afin de s’intéresser plutôt à elle.

- Dis Noeru, ça fait longtemps que t’es arrivée à New York ?

Il lui raconta que c’était une superbe ville, faisant allusion à tous les endroits qu’elle devait absolument voir, lui demandant même au passage comment est-ce qu’elle trouvait la ville, et les américains en général.

- Je sais qu’ici tout est très différent du Japon, mais je pense que c’est justement ce qui est intéressant…

Bon sang plus il parlait du Japon plus il voulait lui avouer qu’en réalité il était japonais. Mais il voulait vraiment s’amuser à le lui faire découvrir d’une façon un peu plus originale. Ce n’était pas drôle s’il lui révélait tout d’une traite.


Dernière édition par Thomas Hartford le Lun 19 Déc - 22:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeru Lewis
Admin
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 13/12/2016
Age : 20

Feuille de personnage
Âge: 16
Année: 1ère
Taille: 163cm

MessageSujet: Re: Oh, une nouvelle ! (avec Noeru ui ui)   Mer 14 Déc - 21:13



- “Au Japon”

- mmh?

- “les plats que je mangeais au Japon”…

- O-oh.. oui, désolée..

- T’en fais pas l’anglais ça s’apprend vite, faut juste parler plus.


Elle lui rendit son sourire. Il était vrai qu'elle n'osait pas vraiment prendre la parole, son père lui avait souvent fait la remarque. Il ne lui avait pas appris l'anglais dès l'enfance, il avait essayé mais il avait été trop absent pour que cela fonctionne et sa mère n'étant pas à l'aise dans la langue de Shakespeare s'était toujours exprimé en japonais au près de sa fille. Elle n'avait donc commencé à apprendre que lorsque cela été devenu nécessaire, à savoir quand son père avait pris la décision de revenir vivre en Amérique. Dès cet instant il avait exigé que Noeru s'y mette sérieusement et elle avait travaillé dur. Mais le fait était qu'entre la difficulté de la langue et le fait qu'elle n'y soit pas exposé quotidiennement, elle avait eu du mal à entièrement l'assimiler.

- Oh, c’est bon… Je présume que c’est elle qui te fait tes noeuds de cravate aussi ?

Elle hocha la tête. Maintenant qu'elle y pensait elle avait eu de la chance que sa mère l'ait reprise, sinon elle aurait été bonne pour l'heure de colle. C'était décidé, quand elle rentrerait elle travaillerait ce "nœud Wildor". Quand il argua qu'elle avait de la chance que sa mère soit si présente elle se retint de lui dire qu'elle en l'était trop, justement. La femme s'octroyait un contrôle totale sur sa fille et en devenait parfois étouffante. Mais elle n'avait pas le droit de lui en vouloir tant cette dernière donnait pour elle. Elle lui était redevable et la moindre des chose était de ne pas lui apporter des soucis évitables et de la respecter. En plus ça c'était une chose mais se plaindre de la présence de sa mère alors que le jeune homme lui confiait qu'il l'enviait sur ce point n'était tout bonnement pas correcte.

- Pourtant tu pourrais croire qu’ils garderaient le silence vu combien je les soudoie… Ces traîtres…

Elle rit plus par mimétisme inconscient que parce qu'elle trouvait sa blague drôle, mais une chose était sûre, elle passait un très bon moment. Son sourire s'évanouit légèrement lorsqu'elle l'entendit encore une fois dire qu'il n'allait pas aux messes. Elle allait l'interroger à ce sujet mais elle fut interrompue dans son élan par un groupe d'étudiants plus vieux venus parler à Thomas. Elle ne s'immisça pas dans leur discussion même si elle était indirectement concernée vu qu'ils parlaient d'elle. Elle préférait se faire discrète et puis la fille les accompagnant semblait avoir une dent contre elle. Noeru déduit assez vite qu'elle était jalouse mais ne le souligna pas. Elle se contenta de manger jusqu'à ce qu'ils partent osant se demander s'il y avait une chance pour que le brun la drague, mais balaya très vite l'idée de son esprit. D'ailleurs elle eu raison à en croire le discours de son camarade.

- Faut pas les écouter, tu es très jolie, mais je ne suis pas en train de flirter, j’aime bien rencontrer des japonais.

- Mh ne t'en fais pas..


S'il aimait bien rencontrer des japonais alors peut-être était-il d'origine japonaise? Il était évident à son visage que ses parents, ou grands parents devaient être asiatiques mais elle ne s'était pas avancée quant au pays exacte. Après elle imaginait bien qu'il avait grandi dans un environnement purement Américain et que seul ses traits physiques pouvait encore témoigner d'une origine nipponne.

- Oh! Tiens prends-en un peu. C’est pas très intéressant comme plat mais ça reste très bon

Elle n'eut pas le temps de refuser qu'il avait déjà mis un gros bout de poisson dans son assiette. Maintenant elle se demandait comment elle allait finir tout ça.

- Ce n'était pas nécessaire tu sais.. Mais merci en tout cas.

Elle sourit poliment et entama le poisson. Il était délicieux et avait le mérite d'être chaud.

- T’es déjà plus sympathique que toute à l’heure… alors maintenant, est-ce que c’est parce que tu te sens coupable pour mon heure de colle ou est-ce que tu m’aimerais bien au final ?

- ... les deux..?
admit-elle timidement.

Elle enfonça sa tête dans ses épaules en l'entendant rire ainsi, il ne méritait définitivement pas le traitement qu'elle lui avait destiné. Il lui demanda en suite si ça faisait longtemps qu'elle était arrivée et elle lui raconta très brièvement comment c'était passé son déménagement. Elle lui dit que même si cela avait été prévu plusieurs années au par avant le jour-j était arrivé sans qu'elle ne s'en aperçoive et qu'elle avait quitté le japon juste après avoir fini le collège.

- Ça fait déjà plus d'un mois que je suis là du coup, mais ça me fait toujours vraiment bizarre.

- Je sais qu’ici tout est très différent du Japon, mais je pense que c’est justement ce qui est intéressant…

- Oui mais..
elle se mordit la lèvre  inférieur comme si elle voulait se retenir de dire quelque chose de déplaisant. Le Japon me manque...

En toute honnêteté elle n'aimait pas beaucoup les états-unis. Si cela ne tenait qu'à elle elle rentrerait dans son pays mais elle n'avait pas le choix de rester ici. D'accord New-york était une ville fascinante mais elle n'arrivait pas à s'y sentir chez elle, à prendre ses marques et les gens la mettaient parfois mal à l'aise. Et puis au japon elle vivait dans une ville bien plus calme alors cet aspect là non plus n'arrangeai rien. L'agitation  la fatiguait un peu, elle n'était pas habituée. Elle força un sourire et passa à autre chose, elle ne voulait vraiment pas se plaindre plus que ça, ni donner l'impression qu'elle avait pour habitude de s'apitoyer sur son sort. Puis, très vite elle eu l'air de se rappeler de quelque chose, elle ne tarda pas à prendre la parole pour extérioriser sa pensée.

- Oh fait, ça fait un moment que ça m'a démangé mais tu prononces mal mon prénom. En vrai ça se prononce No- .. heum appelle moi seulement Noëlle, d'accord? se ravisa-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Hartford
Admin
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 13/12/2016

Feuille de personnage
Âge: 15
Année: 1ère
Taille: 174 cm

MessageSujet: Re: Oh, une nouvelle ! (avec Noeru ui ui)   Mer 14 Déc - 23:44

Thomas l’écouta alors qu’elle lui racontait son changement d’environnement du Japon à l’Amérique. Il ne comprenait pas vraiment que, malgré le fait qu’elle sache qu’elle allait un jour venir vivre aux Etats-Unis, que son anglais soit par conséquent si mauvais. Alors d’accord, le jour-J était à une vitesse grand V, mais si son père était américain il n’y avait tout de même pas de raison ? Elle n’avait pas appris plus jeune ? C’était sacrément dommage…
Après oui, i pouvait comprendre que l’adaptation soit difficile, New York était immense, et puis ça n’avait rien à voir avec le Japon. L’ambiance, les gens étaient différents, sans compter qu’elle n’avait pas l’air spécialement sociable ou très ouverte à la découverte de nouveaux lieux… Oui c’était ça, en fait la brune était fort sympathique, et très jolie, mais à tous les coups elle pouvait s’avérer ennuyeuse s’il n’y avait personne pour prendre les rennes.

- Le Japon me manque...

Voilà, il en était sûr. Elle était probablement ce genre de personne qui se complaisait dans sa zone de confort sans vraiment apprécier des changements radicaux d’environnement. Ceci dit Toma pouvait la comprendre, c’est d’ailleurs pourquoi il acquiesça, accompagnant ses gestes d’un “j’imagine bien”. Le Japon était probablement un de ses pays préférés. Il n’ avait pas que de bons souvenirs, loin de là. D’ailleurs, quelques années plus tôt il aurait tout donné pour en partir, puis une fois qu’il avait été adopté il avait complètement fait l’impasse sur le pays du soleil levant. Mais entre l’amour inconsidéré de sa mère pour le pays, et le fait qu’il rencontre sa meilleure amie, elle-même d’origine japonaise, l’avait fait renouer avec. Depuis quelques années maintenant il s’était sérieusement remis à l’étude du japonais, le travaillant sans relâche tous les jours.

- Le Japon te manque mais tu verras, d’ici peu tu sera une new-yorkaise à part entière, cette ville est géniale !

Il voulut lui parler de tous les endroits qu’il adorait, des petits cafés un peu cachés mais absolument délicieux, des boutiques grandioses de la cinquième avenue, sans compter tous les petits recoins qu’il y avait découvrir. Il était impossible de s’y ennuyer tant les choses bougeaient vite et c’était exactement ce que le brun adorait. Toutefois la brune prit la parole avant lui, changeant totalement le sujet de la conversation. Lorsqu’elle lui dit qu’il prononçait mal son prénom, il s’excusa, bien qu’il s’en doutait, mais encore une fois, il lui dirait qu’il parle japonais de façon plus originale qu’au détour d’une conversation, puis il aimait bien la voir galérer,il l’observerait ainsi quelques jours, histoire de rire un petit peu.

- Appelle moi seulement Noëlle, d’accord ?

Il acquiesça, joyeux, s’excusant de nouveau d’écorcher son nom depuis le début, prétextant que ce n’était pas très clair compte tenu de l’orthographe de son nom. Il ajouta peu après que, heureusement, elle n’avait pas en plus un nom à consonance japonaise ou autrement elle entendrait son nom amoché pour le restant de sa scolarité ici. “Ça pourrait être pire” en somme. Il ne tarda pas à finir son assiette et posa donc ses couverts, rassasié. Il refusait de quitter sa camarade de classe des yeux. De son côté, cette dernière semblait fuir son visage, à en juger par sa tête baissée en permanence, et ce même lorsqu’il s’adressait à elle. Une fois qu’elle eut terminé, il l’invita à se lever étant donné que la pause déjeuner allait prendre fin, il déposa son plateau dans l’espace prévu à cet effet tout en discutant avec la brune au sujet du cours de cet après-midi, la prévenant que le professeur de cet après-midi n’était vraiment pas commode du tout, et que si jamais ce dernier cherchait à interroger quelqu’un, il fallait à tout prix éviter tout contact visuel avec ce dernier. Bon c’était faux, en réalité, si l’on cherchait à fuir son regard de manière trop peu discrète, c’était exactement cette personne qu’il interrogeait. Il ne restait plus qu’à espérer pour Toma que l’adolescente soit peu subtile dans sa démarche et il pourrait alors rire un peu.
Alors qu’il allait se séparer d’elle histoire d’aller parler à d’autres personnes, il s’arrêta devant elle et la toisa du regard quelques secondes avant de sourire. Il ramena sa tresse dans son dos pour remonter son col librement sans être gêné.

- Si Irwin te voit comme ça, tu es fichue.

Il défit doucement son noeud de cravate qui, sans doute après avoir été retiré puis remis après le sport, n’était plus aussi impeccable qu’un peu plus tôt dans la journée. Il lui expliqua sa démarche pour ne pas qu’elle puisse se sentir attaquée ou penser qu’il se moque d’elle. Rapidement il entreprit de lui parler de Mr Irwin, qui le détestait particulièrement, pour lui présenter le personnage. Bon, bien évidemment, il exagérait ses propos, si son surveillant l’épinglait sans arrêt c’est parce que le jeune homme lui donnait une raison de le faire. En effet, entre ses absences répétées, le fait qu’il soit venu une fois sans uniforme, puis surtout le fait qu’il rabaisse sans arrêt le fameux surveillant… Tout ceci ne jouait pas en sa faveur et coller Thomas était sûrement un des plaisirs quotidiens du surveillant.
Il lui refit ainsi son noeud de cravate, y mettant beaucoup de concentration et de patience, par conséquent le résultat était impeccable, il lui rabaissa son col et lui sourit, s’amusant à ébouriffer sa mèche.

- Et voilà ! Je crois qu’il pourra trouver aucun prétexte, à part le fait peut-être que tu traînes avec moi, ça te rends pas service, selon lui je suis un vrai cancre !

Il ne tarda pas à la remercier d’avoir accepté de manger avec lui pour le repas du midi, puis il lui rappela brièvement où se trouvait la salle de classe au cas où elle ait oublié, puis il se sépara d’elle. Elle en avait eu assez, il ne fallait pas qu’il soit trop présent d’un coup. Et puis lui-même ne prendrait pas le risque de s’ennuyer d’elle aussi rapidement.
L’après-midi fut longue, la première heure fut une heure d’histoire-géographie, et comme il le savait leur professeur d’histoire n’avait pas manqué d’interroger la brune. Après, Thomas n’était pas certain : était-ce parce qu’elle évitait son regard, ou bien parce qu’elle était nouvelle ? Le mystère restait entier, et au cas où, elle ne pourrait ainsi pas l’accuser de l’avoir faussement renseignée. Pendant ce premier cours d’ailleurs, le lycéen était resté plutôt calme, même très calme : il était certain d’avoir dormi quelque chose comme cinq minute tellement ce cours, et la façon de son professeur de le dispenser, l’ennuyait.

Mais ça, ce n’était rien comparé au cours de religion, qui était LE cours le plus ennuyeux de toutes les matières qu’ils avaient, et ce n’était pas la faute au contenu du cours, mais bel et bien de la faute de leur professeur, qui ne savait pas comment intéresser ses élèves, se contentant de lire les livres pendant son cours. Il s’était mis tout devant, près de la porte, histoire d’être le premier à sortir. Toutefois il n’avait pas hésité à papoter avec un de ses camarades de classe dont il était relativement proche : ils avaient fait quelques sales coups ensemble l’année passée, jusqu’à ce que Thomas le défie de rayer la voiture d’un professeur, ce qui fut trop pour le jeune homme qui avait alors prit ses distances avec l’héritier. Mais ils parlaient bien, et puis il avait de bons goûts questions filles étant donné qu’il avait lui aussi repéré Noeru. Lorsqu’il lui en parla, le brun ne put s’empêcher de rire : il ne faisait définitivement pas le poids. Le passage au lycée ne lui avait pas franchement réussi, il ressemblait toujours à un gosse qui n’avait pas confiance en lui. Mais soit, il le regarderait se planter. D’ailleurs une fois le cours fini, le blondinet ne tarda pas à aller voir la brune pour lui proposer d’aller prendre un café histoire de faire plus ample connaissance, mais Toma fut incapable de savoir quelle fut la réponse de la jeune fille puisqu’il était parti en mission pour découvrir le numéro de l’adolescente.

Il entra sans aucun mal dans le bureau du principal, qui avait une pièce adjacente dans laquelle se trouvaient tous les dossiers des étudiants. Il n’eut pas beaucoup de mal à trouver le dossier de Noeru, puis son numéro, qu’il ajouta bien vite à sa liste de contact. Il devait se dépêcher car s’il était pris, il passerait son weekend au lycée et il n’en avait pas réellement envie.

Son chauffeur lui jeta un regard exaspéré en voyant le brun sortir “encore en retard” de l’établissement. A tous les coups ce sale gosse avait encore fait n’importe quoi et s’était débrouillé pour se faire coller le premier jour de cour. Personne ne savait quelle mouche l’avait piquée, lui qui était si adorable plus jeune, le dernier semestre du collège, il avait commencé à devenir infernal : c’était sans doute sa crise d’adolescence oui, mais sa rébellion était si forte que personne ne savait exactement comment y réagir.
Le brun dans son cas était bien loin des soucis de son chauffeur qui, si ça ne tenait qu’à lui, laisserait l’héritier au bord de la route aujourd’hui à cause du stress qu’il avait causé à tout le monde le matin-même. Il regardait le numéro qu’il avait enregistré dans son téléphone quelques dizaines de minutes plus tôt, mais aussi au mot qu’il avait laissé dans le casier de la brune, écrit dans un japonais parfait, qu’il s’agisse de la grammaire ou de la forme même des lettres. Il n’avait rien fait de bien intéressant pour ce premier mot, il s’était contenté d’un sobre “J’espère rassembler le courage pour te parler un jour…” histoire de voir si un tel mot déstabiliserait l’adolescente.
Ce mot était le premier d’une série. Il n’avait pas l’intention d’adresser la parole à la brune avant quelque temps. Quand il le voudrait, il irait, ou bien il lui enverrait un message.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Oh, une nouvelle ! (avec Noeru ui ui)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oh, une nouvelle ! (avec Noeru ui ui)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Ip Man [DVDRiP]
» Comment créer sa nouvelle équipe ?
» Coopération Canada/Armée et Haiti ; une idée nouvelle.
» Construction d'une Haiti Nouvelle: GRAHN MONDE Samuel Pierre Editeur
» Nouvelle nuit avec Sylvie [PV Sylvie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Winston Academy :: Le lycée :: Salles de classe-
Sauter vers: